Cette page en :

Une reprise durable pour le bien des populations et de la planète

14 OCTOBRE 2020 | 12H00 ET / 16H00 GMT
Conférence virtuelle

Comment les pays peuvent-ils surmonter la crise du coronavirus (COVID-19) tout en répondant aux défis du changement climatique et de la perte de biodiversité ? C’est à cette question que se sont attelés les responsables publics, jeunes leaders, représentants de la société civile et experts internationaux réunis pour cet événement organisé dans le cadre des Assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI, dont le thème général, en cette année marquée par la pandémie, est consacré aux enjeux d’une reprise résiliente. 

« Si la pandémie de COVID-19 nous a appris quelque chose, c’est bien que nous ne pouvons pas recommencer comme si de rien n’était » : on ne saurait mieux résumer l’impact potentiellement transformateur de la pandémie que Melati Wijsen, jeune militante indonésienne œuvrant pour la réduction des déchets plastiques à Bali. « Dans l’ère de l’après-pandémie, nous devons dès aujourd’hui pousser les solutions que nous appelons de nos vœux. » 

La discussion, animée par l’ancienne présentatrice de CNN Zain Verjee, a mis en lumière les actions et les investissements qu’il faudrait engager aujourd’hui pour engranger des bénéfices rapides sur le plan de l’emploi et de la croissance économique, tout en agissant à plus long terme en faveur de la résilience, de la décarbonation, d’une meilleure qualité de l’air et de l’eau, de la santé des océans, et de systèmes alimentaires et agricoles plus durables. « Nous devons trouver des solutions pour reconstruire en mieux et en plus vert. C’est tout l’enjeu de la reprise, et cela passe par des choix d’investissement judicieux aujourd’hui », a souligné le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass, dans son intervention liminaire.  

Le ministre des Fidji Aiyaz Sayed-Khaiyum a exposé l’importance capitale de ces investissements en faveur de la résilience : « Pour les pays insulaires comme le nôtre, exposés en première ligne au changement climatique, reconstruire en mieux est une question de vie ou de mort. » En 2016, le cyclone Winston a anéanti l’équivalent d’un tiers du PIB du pays en seulement 36 heures. « Nous avons compris que nous devions mieux reconstruire, et nos efforts ont été payants : les structures plus solides que nous avons rebâties sont restées intactes après le passage des sept cyclones suivants. »  

Alors que les États et les institutions investissent pas moins de 12 000 milliards de dollars dans des plans de relance, « le moment est on ne peut plus opportun pour mettre nos économies sur les rails et reconstruire en s'attaquant à la fois à la crise climatique et à la crise de la COVID », a souligné Helen Mountford, vice-présidente Climat et économie au World Resources Institute. C’est précisément ce à quoi s’emploie le Costa Rica, a expliqué sa ministre du Plan et de la Politique économique, María del Pilar Gonzalo, en faisant du programme national de décarbonation de l’économie à long terme « un axe central de [sa] stratégie visant à endiguer la crise du coronavirus et favoriser un redressement optimal ». 

La discussion a dessiné les contours d’une reprise durable capable de restaurer les écosystèmes, inverser la perte de biodiversité, améliorer les systèmes alimentaires et créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité. « Notre pays n’a pas d’autre choix que de s’engager sur une trajectoire durable et toutes nos politiques intègrent ce facteur de la durabilité », a affirmé le ministre de l’Agriculture et du Développement rural du Mozambique, Celso Correia. En introduisant de nouvelles méthodes de production agricole, « nous réduisons en même temps les émissions et nous protégeons la foresterie ». Pour Carlos Manuel Rodriguez, directeur du Fonds pour l’environnement mondial, la relance « est une occasion historique de réparer notre relation avec la nature et de déployer des solutions naturelles qui favoriseront l’absorption de carbone par la forêt et par la terre et la protection de la biodiversité. Nul ne peut prospérer sur une planète malade. C’est dans l'intérêt de chacun de protéger et investir dans la nature. »   

L'événement a enfin mis le cap sur les rendez-vous de l’année prochaine : la COP26 sur le changement climatique et la 15e réunion de la Convention sur la diversité biologique, qui devrait déboucher sur la définition de nouveaux objectifs de conservation, d'utilisation durable et de partage des bénéfices de la biodiversité. « Dans la perspective de la COP26, œuvrons à préparer une reprise verte partout dans le monde, afin d’offrir un avenir prospère et durable à nos enfants et nos petits-enfants. Nous le devons aux générations actuelles et à venir », a déclaré Alok Sharma, secrétaire d'État aux Affaires, à l'Énergie et à la Stratégie industrielle du Royaume-Uni et président de la COP26. 

Intervenant(s)

Président du Groupe de la Banque mondiale

PDG, IEnova Infraestructura Energetica

Ministre de l'économie et des finances, Royaume du Maroc

Ministre de l'économie et des finances, Royaume du Maroc

Ministre de la planification et de la politique économique, République du Costa Rica

Ministre de la planification et de la politique économique, République du Costa Rica

Directeur général, Conseil mondial des entreprises pour le développement durable

Directeur général, Conseil mondial des entreprises pour le développement durable

Procureur général et ministre de l'Economie, de la Fonction publique et des Communications, République des Fidji

Procureur général et ministre de l'Economie, de la Fonction publique et des Communications, République des Fidji

Ministre de l'agriculture et du développement rural, Mozambique

Vice-présidente, Climat et Économie, World Resources Institute

Vice-présidente, Climat et Économie, World Resources Institute

Conversation animée par

Founder and CEO, Zain Verjee Group

Cet événement est terminé.

Lire les commentaires ci-dessous.!