Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Cette page en :

La lutte contre la pauvreté des apprentissages : poser les bases du capital humain

17 octobre 2019

Preston Auditorium, Washington, D.C.

Cet événement est terminé.

Lire les commentaires ci-dessous.

Aujourd’hui, à travers le monde en développement, un grand nombre d’enfants ne savent toujours pas lire à l’âge de dix ans. La réussite de cet apprentissage passe par des étapes fondamentales qui supposent d’agir sur de multiples fronts. Permettre à tous les enfants d’apprendre, c’est d’abord leur permettre de survivre et de grandir en bonne santé. C'est aussi garantir l’accès des familles à des services de qualité, veiller à l’égalité des chances entre filles et garçons, et offrir des opportunités économiques à leurs parents. Soit autant de conditions qui requièrent des pouvoirs publics la mise en place d’un environnement propice. Alors que la pauvreté des apprentissages est inextricablement liée à la pauvreté tout court, les participants à cet événement mettront en lumière les actions entreprises pour opérer une transformation fondamentale dans les pays.

Dans les pays en développement, plus de la moitié des enfants de dix ans sont privés des plaisirs et des bienfaits que procure le fait de savoir lire et comprendre un texte simple. Cette « pauvreté des apprentissages » est un obstacle majeur qui compromettra lourdement leur capacité à réaliser pleinement leur potentiel. 

C’est pourquoi la Banque mondiale et ses partenaires se fixent un nouvel objectif : réduire de moitié au moins le taux mondial de pauvreté des apprentissages d’ici 2030. Cette nouvelle cible, annoncée aujourd’hui par le président du Groupe de la Banque mondiale David Malpass, est ambitieuse et elle exigera de la détermination au plus haut niveau, des engagements et des ressources.

La discussion a permis d’exprimer une pluralité de points de vue sur la manière dont on peut améliorer la qualité des apprentissages, mais aussi de mettre au jour des priorités qui font consensus. À savoir l’importance d’une mobilisation politique et financière, la nécessité d’investir dans le développement des jeunes enfants pour qu’ils grandissent bien nourris et prêts à être instruits, l'enjeu de la sélection (au mérite) et de la formation des enseignants, et, enfin, l’indispensable association de toute la communauté et des élèves eux-mêmes à la prise de décisions. Soit autant d’actions qui contribueront à une révolution des apprentissages synonyme d’un monde où tous les enfants auront accès à une éducation de qualité dont le socle fondamental réside dans le fait de savoir lire et écrire. Dans ce monde futur :

  • Les enfants sont prêts à apprendre et ont envie d’apprendre.
  • Les enseignants à tous les niveaux sont efficaces et valorisés.
  • Les salles de classe offrent un environnement propice à l’apprentissage en exploitant la technologie.
  • Les écoles sont des espaces sûrs et inclusifs.
  • Les systèmes éducatifs sont bien gérés.

La réalisation de cet objectif passera par l’engagement de tous : gouvernements, familles et communautés. Les lecteurs d'aujourd’hui sont les leaders de demain !

Pour en savoir plus
La pauvreté des apprentissages en bref (a)
Communiqué de presse : une nouvelle cible pour l'éducation
Rapport (a)

Intervenant(s)

Président du Groupe de la Banque mondiale

Ministre des finances du Ghana

Vice-présidente pour le Développement humain, Banque mondiale

Ministre du Plan, Niger

Directrice générale, UNICEF

Maire de Sobral, Brésil

Directeur général, Save the Children

Jeune militante albanaise

Teach for All et ancienne directrice du département de l’éducation du district de Columbia