Yasmine Fouad

Ministre de l’Environnement, République arabe d’Égypte

Mme Yasmine Fouad a été nommée ministre de l’Environnement de la République arabe d’Égypte le 18 juin 2018. Elle occupait précédemment le poste de ministre auxiliaire de l’Environnement depuis 2014. Elle est titulaire d’un master en sciences de l’environnement et d’un doctorat en sciences politiques et études euro-méditerranéennes. Elle a plus de 20 ans d’expérience dans le domaine de l’environnement et de la coopération internationale, ayant travaillé au sein de l’administration publique, d’institutions des Nations Unies, d’organisations non gouvernementales et d’universités. Afficher la suite

En tant que ministre de l’Environnement, elle conduit un processus de transformation qui vise à créer des conditions plus favorables aux entreprises. Elle a notamment œuvré à l’élaboration de la loi sur la gestion des déchets (202/2020) et à l’élaboration et la mise en œuvre de la stratégie nationale sur les déchets solides, développé la valorisation des déchets, pris part à la mise en place des premières obligations vertes en Égypte et au Moyen-Orient, codirigé l’intégration des aspects de viabilité environnementale dans les plans d’investissement nationaux et soutenu l’amélioration de la qualité de l’air du Grand Caire ainsi que la construction d’infrastructures de gestion des déchets.

Ses travaux ont ouvert la voie à la diffusion de pratiques respectueuses de l’environnement pour les générations actuelles et futures. Elle a piloté la conception, la mise au point et le lancement de plusieurs campagnes environnementales visant à sensibiliser et à mobiliser les jeunes, comme l'initiative présidentielle « Live Green » (2020-2023).

À l’international, Mme Fouad joue un rôle crucial dans la promotion du programme d’action sur la biodiversité et, en sa qualité de présidente de la 14e Conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique depuis novembre 2018, elle a dirigé l’élaboration du Cadre mondial pour la biodiversité post-2020. À cet égard, elle a lancé l’Initiative égyptienne (adoptée lors de la COP14), qui vise à créer des synergies entre les trois conventions de Rio (changement climatique, diversité biologique et désertification), dans le but de mobiliser des ressources financières suffisantes pour répondre à ces défis connexes. Concernant le changement climatique, elle a codirigé le volet de négociation sur le financement climatique lors de la 24e Conférence des parties (COP24) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) (Katowice, Pologne, décembre 2018), qui a permis de mener à bien l’élaboration du volet financier du programme de travail de l’accord de Paris.

Dans le cadre de ses fonctions et missions antérieures, elle a œuvré aux côtés de l’Institut de la Terre sur la mise en place d’un centre d’excellence pour l’adaptation au changement climatique, aidé le président de la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement (CMAE) à piloter et gérer les deux initiatives sur le changement climatique — Initiative d’adaptation pour l’Afrique (AAI) et Initiative africaine pour les énergies renouvelables (AREI) — et apporté son soutien au Nile Basin Discourse, une ONG régionale, pour l’étude de l’impact du changement climatique sur les ressources hydriques dans le bassin du Nil.

Sur le plan académique, Mme Fouad a été sélectionnée en 2017 comme auteur principal pour le quatrième chapitre du Rapport spécial du GIEC sur le changement climatique, la désertification, la dégradation des sols, la gestion durable des terres, la sécurité alimentaire et les flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres. Afficher moins