Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

This page in:

Récap des Réunions de printemps 2019

Retrouvez ci-dessous un résumé de chaque événement avec le lien vers les enregistrements pour regarder le Replay en intégralité.

Notre mission est plus urgente que jamais

14 avril 2019

  • Les dernières prévisions mondiales indiquent un léger ralentissement de l'activité économique, avec un risque de dégradation persistant. La progression des échanges commerciaux dans le monde marque le pas, tandis que les perspectives d’investissement sont devenues moins favorables. Or, il s’agit de deux moteurs essentiels de croissance, de productivité, d’innovation, de création d’emplois et de développement durable. Les faiblesses liées à l’endettement persistent et l’incertitude entourant les politiques publiques pèse sur la confiance. Dans ce contexte, il est important que les pays en développement adoptent des politiques génératrices de croissance tout en maîtrisant les risques et en protégeant les populations les plus vulnérables. Et le Groupe de la Banque mondiale, en association avec le Fonds monétaire international (FMI), est en mesure d’aider les pays à faire face à ces difficultés.

    C’est l’un des principaux messages qu’il faut retenir du communiqué publié par le Comité du développement à la clôture des Réunions de printemps 2019 du Groupe de la Banque mondiale et du FMI à Washington. Lire la suite.

Doper la croissance en favorisant l'accès des femmes aux fonctions de direction dans le secteur financier

13 avril 2019

  • Titulaires de comptes bancaires ou épargnants, investisseurs, responsables d’organismes de réglementation ou membres de conseils d’administration : les femmes sont sous-représentées à tous les niveaux du secteur financier.

    Comme l’a rappelé David Lipton, premier directeur général adjoint du Fonds monétaire international, sur les 1,7 milliards de personnes dans le monde qui ne possèdent pas un compte en banque, un milliard sont des femmes. Et parce qu’elles n’ont pas accès au crédit, les mères ne peuvent pas envoyer leurs enfants à l'école, par exemple.

    Favoriser la promotion des femmes et améliorer les performances des entreprises ne sont pas deux choses incompatibles, a souligné le vice-président de l’FC pour l’Économie et le développement du secteur privé Hans Peter Lankes dans son allocution liminaire. Bien au contraire : la diversité dans les conseils d'administration et aux postes de direction et d’encadrement conduit à de meilleures décisions, tout en contribuant à stimuler l’innovation, la productivité et la stabilité financière.

    Selon la directrice générale de la société de placement RockCreek, Afsaneh Mashayekhi Beschloss (a), qui participait au débat animé par la journaliste de Bloomberg News Saleha Mohsin, la promotion de la diversité dans les entreprises passe d’abord par une offre de stages plus ouverte et soucieuse d’intégrer des groupes divers.

    De même, ont ajouté les autres intervenants, il est important que les femmes puissent bénéficier de mentors et de conseils. Et qu’elles identifient les « alliés » qui, dans leur organisation, soutiendront leur progression de carrière, a souligné Saleha Mohsin.

    Nor Shamsiah Mohd Yunus, gouverneure de la Banque centrale de Malaisie, a pointé le manque d’offres de garde pour les enfants parmi les obstacles qui entravent la carrière professionnelle des femmes. Et de citer sa contribution à la mise en place d’une garderie pouvant accueillir 400 enfants, afin de permettre aux mères de concilier travail et vie de famille et de ne pas avoir à sacrifier leur carrière.

    Autre problème de taille, les violences contre les femmes, notamment au travail. Cette violence « brise l’âme des institutions », a déclaré David Lipton, en expliquant qu’elle provoque des conséquences en chaîne sur les femmes, les entreprises et les économies.

    David Marsh, président du Forum officiel des institutions monétaires et financières (OMFIF), a regretté l’absence générale des femmes à la direction des fonds souverains et des banques centrales, en observant le recul récent du nombre de femmes gouverneures.

    L’événement s’est conclu par un échange de vues passionnant entre les membres du panel et l’auditoire.

    Pour en savoir plus
    Vidéo sur Banque mondiale Live (a)
    Portail Genre et égalité des sexes de l’IFC (a)
    Suivez la discussion sur les réseaux sociaux : #DiversityInFinance

Les raisins d’Afghanistan : mobiliser des financements privés pour semer les graines du développement dans les États fragiles

13 avril 2019

  • Orienter les investissements privés vers les pays fragiles : le thème de l’événement organisé par la MIGA le 11 avril, à l’occasion des Réunions de printemps 2019, a attiré plus de 250 personnes. Alors qu’il est particulièrement difficile pour les États en situation de fragilité d’attirer des capitaux privés, cet événement a permis de mettre en lumière comment les garanties de la MIGA sont parvenues, en innovant, à mobiliser des financements auprès du secteur privé pour développer le secteur agroalimentaire en Afghanistan. Après une allocution liminaire du président du Groupe de la Banque mondiale David Malpass, la manifestation a permis de présenter le projet Rikweda, avant de se poursuivre avec une discussion réunissant Jacob Jusu Saffa, ministre des Finances de Sierra Leone, Mase Rikweda, PDG de Rikweda Fruit Processing Company, Hartwig Schafer, vice-président de la Banque mondiale pour l’Asie du Sud, et Keiko Honda, vice-présidente exécutive et directrice générale de la MIGA.