Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Cette page en:

Assemblées annuelles 2018 : Résumé des événements

Rassurez-vous ! Si vous n’avez pas été en mesure de suivre l’intégralité des Assemblées en direct, cette page vous permet de revivre tous les moments forts, les discussions d’experts et les débats de haut-niveau, en replay.

Comment développer l’investissement à impact positif ?

12 oct 2018


  • Mobiliser des capitaux publics et privés pour financer des investissements qui rapportent tout en produisant un impact social, économique ou environnemental positif et mesurable : cette tendance émergente a de quoi séduire. Or, en dépit de l’intérêt qu’elle suscite et de l’essor des nouveaux produits qui s’en réclament, il n’existe pas de règle commune pour la gestion des investissements « à impact » ni de systèmes d’appui. Cette situation génère de la complexité et de la confusion chez les investisseurs, tandis que la distinction est brouillée entre les investissements à impact et les autres formes d’investissement responsable.

    Pour y remédier, la Société financière internationale (IFC), en consultation avec un groupe resserré de parties prenantes extérieures (gestionnaires et détenteurs d’actifs, fonds de placement, banques de développement et institutions financières) a élaboré des principes rassemblés dans un document intitulé Investing for Impact: Operating Principles for Impact Management (a). La version pour consultation de ce document a été présentée à Bali le 12 octobre 2018 à l’occasion d’une rencontre de haut niveau (a) réunissant des représentants du secteur privé et des décideurs à la pointe de cette nouvelle génération d’investissements.

Urbanisation inclusive et mutations mondiales

12 oct 2018

  • Les villes du monde en développement connaissent une croissance démographique et géographique rapide. Si l’urbanisation est un moteur de la croissance économique, l’exode rural peut également s’accompagner d’une montée des inégalités, dans les zones urbaines et rurales, mais aussi au sein des villes elles-mêmes.

    D’autres facteurs viennent se conjuguer à ce phénomène d’urbanisation rapide : contraintes budgétaires, évolution des relations commerciales internationales, événements climatiques extrêmes ou encore bouleversements technologiques. Dans ce contexte, les dirigeants nationaux et municipaux peinent à financer et assurer des services indispensables dans des secteurs tels que le transport, l’eau, la gestion des déchets et le logement.

    Comment les pays peuvent-ils parvenir à exploiter tout le potentiel de l’urbanisation, et les villes améliorer la qualité de vie de tous leurs habitants ? Des responsables publics de premier plan, professionnels et représentants du secteur privé originaires d’Indonésie et d’ailleurs ont mis en lumière la manière dont on peut rendre le processus d’urbanisation plus inclusif, résilient et durable dans un environnement mondial en mutation.

     

    Pour en savoir plus :

    Publication : September 2018 Indonesia Economic Quarterly: Urbanization for All
    Article : 3 étapes clés pour bâtir des villes et des communautés durable

     

Mécanisme de financement mondial (GFF) : investir dans l'humain

12 oct 2018

  • Les investissements dans la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescent(e)s sauvent des vies et sont essentiels pour développer le capital humain de demain. Tel était le thème de cet événement coorganisé par la Banque mondiale et le Mécanisme de financement mondial (GFF) et réunissant des dirigeants mondiaux du développement, des représentants des pays participant au GFF et des jeunes.

    La directrice générale de la Banque mondiale Kristalina Georgieva a lancé la discussion en soulignant combien il est urgent d’investir dans la santé et la nutrition des femmes et des enfants, et en rappelant que l’action du GFF permet effectivement de sauver des vies. Mais il est indispensable d’investir davantage dans ce mécanisme, a insisté le ministre norvégien du Développement international Nikolai Astrup.

    L’événement, qui se déroulait alors que l’on célébrait la Journée internationale des filles, a donné lieu à une conversation entre Melinda Gates, coprésidente de la Fondation Gates, et la jeune Nur Wulan Nugrahani, elle-même animatrice jeunesse en Indonésie, sur l’importance de la santé sexuelle et reproductive et de l’autonomisation des jeunes.

    Joanne Carter, directrice exécutive de RESULTS, a ensuite animé un panel sur le rôle du GFF dans la réalisation des objectifs de développement du capital humain. Ont participé au débat : Jacob Jusu Saffa, ministre des Finances de la Sierra Leone ; Bambang Brodjonegoro, ministre indonésien de la Planification nationale ; William Francis Morneau, ministre canadien des Finances ; Henrietta Fore, directrice générale de l’UNICEF ; Nick Dyer, directeur général des politiques et programmes mondiaux au Département britannique du développement international (DfID) ; et Kevin Watkins, directeur général de Save the Children. Annette Dixon, vice-présidente de la Banque mondiale pour le Développement humain, a clos le débat.