La fin de la pauvreté : mythe ou réalité ? Entretien de Jim Yong Kim avec Richard Quest (CNN) - Webcast et tchat en direct



TERMINÉ

QUAND : Mercredi 9 octobre
OÙ : Siège de la Banque mondiale à Washington et retransmission en ligne

La pauvreté extrême est en recul : en 1990, 43 % des habitants des pays en développement vivaient avec moins de 1,25 dollar par jour ; aujourd’hui, le taux mondial de pauvreté est passé sous la barre des 20 %. Les conditions semblent propices pour éradiquer la pauvreté en une génération. La nôtre. Mais cet objectif est-il réaliste ? Pour le concrétiser, il va falloir diviser par deux le taux de pauvreté de 2010, puis le réduire de moitié à nouveau, avant de réitérer pratiquement le même exploit, et le tout, en moins d’une génération...

Le journaliste de CNN Richard Quest a abordé cette question majeure et les problématiques connexes dans un entretien diffusé en direct avec le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, qui lui a confié sa vision des initiatives à prendre et sa conviction que cet objectif restera inaccessible s’il ne suscite pas un élan mondial.

Suivez tous les événements sur Twitter en utilisant le hashtag #wblive

Cliquez ci-dessous pour revoir la conférence dans son intégralité.

Le tchat :

 


Experts

Président du Groupe de la Banque mondiale
International Business Correspondent, CNN
Lire les questions déjà posées par les autres participants
Jaddo NTIVUGURUZWA
Rwanda
Merci pour l'occasion. J'ai cette question: Les chiffres montrent que les projections du taux de pauvreté sera bien diminué, mais pratiquement le problème revient sur le taux élevé des jeunes sans emploi et sans argent. Pour l'emploi, les exigences d'EXPERIENCE handicapent beaucoup de jeunes et les privent du travail. Pour l'argent, les BANQUES ne peuvent pas donner des credits aux gens qui n'ont pas de recouvrement pour ces credits. J'aimerais demander comment la BM va concilier ces 3 facteurs: le taux élevé des jeunes, demande d'experiences quant à la recherche d'emploi et la politique d'octroi des crédits aux jeunes qui n'ont pas de sécurité. Merci